Fantasme dans le bus : Une veuve asiatique s’abandonne à un inconnu

Je m’appelle Melanie, une femme d’origine asiatique, âgée de 37 ans, grande et ronde, travaillant comme interprète. Je suis veuve depuis quelques années et mon fantasme le plus profond est de vivre une expérience sexuelle intense dans un lieu public, plus précisément dans un bus.

Un jour, alors que je rentre du travail dans un bus bondé, je remarque un homme musclé, plus jeune que moi, qui me regarde avec insistance. Il a l’air d’un vrai étalon, le genre de mec qui sait ce qu’il veut et comment l’obtenir. Je décide de lui rendre son sourire et de le provoquer subtilement en croisant et décroisant mes jambes, laissant entrevoir mes cuisses. Je sens une excitation monter en moi et je me mets à imaginer des scénarios coquins avec cet inconnu.

Je me sens humide, ma chatte est trempée et j’ai envie de me faire baiser comme une salope. Je décide de me lever et de m’approcher de lui, prétextant un mal de tête pour lui demander s’il a un analgésique. Il me répond avec un sourire en coin et me propose de m’aider à me détendre d’une autre manière. Je comprends immédiatement son sous-entendu et j’accepte son offre avec un sourire coquin.

Je l’entraîne alors vers le fond du bus, où il y a moins de monde, et je commence à l’embrasser langoureusement. Nos langues se mélangent, nos mains se baladent sur nos corps, ta main glissant sur son pantalon pour sentir son érection grandir, tandis que la sienne s’aventure sous ma jupe. Nous sommes tous les deux pris dans une danse érotique, ne nous souciant pas des regards indiscrets des autres passagers.

Je sens sa bite dure à travers son pantalon et j’ai envie de la goûter. Je me mets alors à genoux devant lui, sortant son chibre de son pantalon et commençant à le sucer avec avidité. Il gémit de plaisir et me prend la tête pour guider mes mouvements. Je sens son plaisir monter et je décide de lui offrir ce qu’il désire le plus : une fellation profonde et intense.

Je suce sa queue comme une vraie cochonne, le pompant avec vigueur et gourmandise. Il me tient la tête et me baise la bouche, me faisant sentir chaque centimètre de son chibre dans ma gorge. Je suis en extase, me sentant comme une vraie salope en train de sucer un inconnu dans un bus.

Après quelques minutes de ce traitement, il me relève et me plaque contre la paroi du bus, me pénétrant sauvagement tout en m’embrassant avec passion. Je gémis de plaisir, sentant chaque coup de rein me rapprocher de l’orgasme. Le bus continue son trajet, tandis que nous nous abandonnons tous les deux à cette belle baise, vivant ainsi mon fantasme le plus cher.

Je sens sa bite dure en moi, me remplissant complètement. Il me baise comme une chienne, me prenant dans différentes positions : à genoux, en levrette, couchée sur le ventre, sur le dos les jambes écartées. Je gémis de plaisir, sentant son chibre me pénétrer de plus en plus profondément. Je suis en train de vivre un moment de pur plaisir, un moment que je n’oublierai jamais.

Mais alors que je suis au bord de l’orgasme, je sens qu’il se retire de moi. Il me regarde avec un sourire en coin et me dit : « Tu veux goûter mon foutre, salope ? » Je hoche la tête, désireuse de sentir son sperme chaud dans ma bouche. Il se branle devant moi, me montrant sa bite dure et épaisse. Je suis en extase, attendant avec impatience qu’il jouisse.

Et soudain, il se met à gicler, envoyant des jets de sperme chaud sur mon visage et dans ma bouche. Je goûte son foutre avec gourmandise, me sentant comme une vraie cochonne en train de se faire enculer dans un bus.

MaisAlors que je savoure encore le goût de son foutre, je sens son chibre se durcir à nouveau. Il n’en a pas fini avec moi, et je suis loin d’en avoir fini avec lui. Il me retourne et me plaque contre la paroi du bus, me pénétrant sauvagement en levrette. Je gémis de plaisir, sentant chaque coup de rein me faire frissonner. Je suis sa chienne, sa salope, et je me donne à lui corps et âme.

Il me baise avec force, me faisant sentir chaque centimètre de sa queue en moi. Je suis en extase, me sentant comme une vraie cochonne en train de se faire enculer dans un bus. Je sens sa bite dure en moi, me remplissant complètement. Il me baise comme une chienne, me prenant dans différentes positions : à genoux, en levrette, couchée sur le ventre, sur le dos les jambes écartées. Je gémis de plaisir, sentant son chibre me pénétrer de plus en plus profondément.

Ses mains se baladent sur mon corps, taquinant mes seins, pincant mes tétons, me faisant frissonner de plaisir. Sa main descend le long de mon ventre, se glissant entre mes cuisses pour doigter ma chatte trempée. Je suis excitée comme jamais, me sentant comme une vraie chaudasse en train de se faire baiser par un inconnu.

Il me retourne et me soulève, me plaquant contre la paroi du bus, me pénétrant profondément. Je sens son chibre dur en moi, me remplissant complètement. Il me baise avec force, me faisant sentir chaque coup de rein. Je gémis de plaisir, sentant son membre me pénétrer de plus en plus profondément.

Je sens la chaleur monter en moi, me rapprochant de l’orgasme. Je gémis de plus en plus fort, sentant son chibre me pénétrer de plus en plus profondément. Il me regarde avec un sourire en coin, me disant : « Tu aimes ça, salope ? Tu aimes te faire baiser dans un bus ? » Je hoche la tête, désireuse de jouir.

Il accélère le rythme, me baisant avec force et vigueur. Je sens la sueur perler sur mon front, sentant mon corps se tendre. Je suis au bord de l’orgasme, sentant sa bite dure en moi. Et soudain, je jouis, sentant des vagues de plaisir me submerger. Je gémis de plaisir, sentant mon corps se détendre.

Mais il n’en a pas fini avec moi. Il me retourne et me plaque contre la paroi du bus, me pénétrant sauvagement en levrette. Je sens sa bite dure en moi, me remplissant complètement. Il me baise comme une chienne, me prenant dans différentes positions : à genoux, en levrette, couchée sur le ventre, sur le dos les jambes écartées. Je gémis de plaisir, sentant son chibre me pénétrer de plus en plus profondément.

Il me prend par les hanches, me baisant avec force et vigueur. Je sens la chaleur monter en moi, me rapprochant de l’orgasme. Je gémis de plus en plus fort, sentant son chibre me pénétrer de plus en plus profondément. Il me regarde avec un sourire en coin, me disant : « Tu aimes ça, salope ? Tu aimes te faire baiser dans un bus ? » Je hoche la tête, désireuse de jouir à nouveau.

Il accélère le rythme, me baisant avec force et vigueur. Je sens la sueur perler sur mon front, sentant mon corps se tendre. Je suis au bord de l’orgasme, sentant sa bite dure en moi. Et soudain, je jouis à nouveau, sentant des vagues de plaisir me submerger. Je gémis de plaisir, sentant mon corps se détendre.

Il se retire de moi et me regarde avec un sourire en coin. Il se branle devant moi, me montrant sa bite dure et épaisse. Je suis en extase, attendant avec impatience qu’il jouisse à nouveau. Et soudain, il se met à gicler, envoyant des jets de sperme chaud sur mon visage et dans ma bouche. Je goûte son foutre avec gourmandise, me sentant comme une vraie cochonne en train de se faire enculer dans un bus.

Je me rhabille, sentant la sueur et le sperme sur ma peau. Je regarde autour de moi, réalisant que les autres passagers nous ont regardés avec envie et désir. Je me sens comme une vraie salope, une chienne en chaleur, et j’aime ça. Je me lève et sors du bus, sentant la chaleur de l’été sur ma peau, sentant mon corps encore trembler de plaisir.

Je sais que je vivrai cette expérience encore et encore, vivant mon fantasme le plus cher. Je sais que je suis une chaudasse, une cochonne, une salope, et j’aime ça. Je suis une femme libre, vivant ma sexualité comme je l’entends, et je suis fière de

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *