Fantasme réalisé : Une baise enflammée dans un camping isolé

Je m’appelle Gaston, un homme de 35 ans, d’origine africaine, travaillant comme comptable et étant en couple avec une femme magnifique. Je suis de petite taille et j’ai une corpulence ronde, mais cela ne m’a jamais empêché de satisfaire ma partenaire au lit. J’ai toujours été hétérosexuel et j’ai un fantasme particulier pour le voyeurisme et le sexe dans des lieux insolites.

Cet été, nous avons décidé de partir en vacances dans un camping. Nous avons passé nos journées à explorer la nature environnante et à profiter du soleil. Mais un soir, alors que nous nous promenions dans le camping, nous sommes tombés sur un endroit isolé, éclairé seulement par la lueur de la lune.

J’ai regardé autour de moi et j’ai vu que personne n’était en vue. Mon cœur a commencé à battre la chamade et j’ai senti uneexcitation monter en moi. J’ai toujours rêvé de baiser ma femme dans un endroit public, où nous pourrions être surpris à tout moment.

Je me suis tourné vers ma partenaire et je l’ai embrassée passionnément. Elle a répondu à mon baiser avec ardeur, ses mains se glissant sous ma chemise pour caresser mon torse. Je pouvais sentir son désir monter en elle, sa chatte devenant de plus en plus mouillée à mesure que nous nous embrassions.

Je l’ai poussée contre un arbre et j’ai commencé à lui peloter les seins. Elle a gémi de plaisir alors que je pinçais ses tétons entre mes doigts. Je pouvais sentir sa respiration s’accélérer alors que je descendais ma main entre ses jambes pour doigter sa chatte trempée.

Elle a haleté de plaisir alors que je glissais un doigt en elle, puis deux. Je pouvais sentir sa chatte se contracter autour de mes doigts alors que je la doigtais de plus en plus fort. Elle était tellement mouillée que je pouvais entendre le son de ses jus couler le long de mes doigts.

Je ne pouvais plus attendre. Je voulais la baiser, là, maintenant, contre cet arbre. J’ai sorti ma bite de mon pantalon et je l’ai pénétrée d’un coup sec. Elle a crié de plaisir alors que je commençais à la baiser sauvagement.

Je pouvais sentir sa chatte chaude et serrée autour de ma bite alors que je la pénétrais de plus en plus fort. Elle a crié de plaisir alors que je lui donnais des coups de reins puissants. Je pouvais sentir mes couilles se contracter alors que je me rapprochais de l’orgasme.

Je l’ai retournée et je l’ai prise en levrette, lui donnant des coups de queue encore plus forts. Elle a crié de plaisir alors que je lui claquais le cul avec mes mains. Je pouvais sentir son anus se contracter alors que je la baisais de plus en plus fort.

Je ne pouvais plus me retenir. Je me suis retiré d’elle et je lui ai éjaculé sur le cul, la recouvrant de mon sperme chaud. Elle a gémi de plaisir alors que je lui frottais mon foutre sur la peau.

Nous nous sommes rhabillés rapidement, conscients que nous pourrions être surpris à tout moment. Mais j’ai senti une excitation monter en moi alors que nous nous éloignions de l’endroit où nous venions de baiser. J’avais réalisé mon fantasme et j’avais baisé ma femme dans un endroit public.

Cependant, notre aventure sexuelle ne fait que commencer. Je sais que ce n’est que le début de notre exploration de nos désirs les plus profonds. Et je suis impatient de voir ce que l’avenir nous réserve.Le lendemain, je me suis réveillé avec la sensation de mon fantasme réalisé qui hantait encore mon esprit. Ma femme, cette chienne magnifique, avait accepté de jouer le jeu et de se laisser aller à nos désirs les plus profonds. Je bandais déjà rien qu’en y pensant, mon chibre dressé sous les draps.

Je me suis tourné vers elle, admirant son corps nu et endormi. Sa peau douce et lisse, ses courbes sensuelles, ses seins ronds et fermes. J’avais envie de la baiser à nouveau, de la sentir gémir sous mes coups de reins puissants.

Je me suis approché d’elle, glissant ma main entre ses cuisses pour caresser sa chatte encore humide de la nuit précédente. Elle a gémi doucement, se réveillant lentement sous mes doigts experts. Je l’ai embrassée, ma langue explorant sa bouche avec avidité.

« Tu es une vraie salope, tu sais ça ? » lui ai-je murmuré à l’oreille. « Une chaudasse qui aime se faire baiser dans des endroits publics. »

Elle a souri, m’embrassant à nouveau. « Tu as raison, mon chéri. Je suis ta chienne, ta cochonne. Fais-moi ce que tu veux. »

Je l’ai retournée, lui ordonnant de se mettre à genoux sur le lit. J’ai admiré son cul rebondi, ses fesses charnues qui me tendaient. Je pouvais voir sa rondelle, son trou du cul serré et invitant. J’avais envie de l’enculer, de la sentir se contracter autour de ma queue.

Je me suis approché d’elle, ma bite dure comme de la pierre. J’ai craché sur ma main, lubrifiant mon gland avant de le poser contre son anus. Elle a haleté, se crispant légèrement.

« Détends-toi, ma chienne », lui ai-je dit. « Je vais te faire découvrir des sensations que tu n’as jamais connues auparavant. »

J’ai commencé à pousser doucement, sentant son anus résister puis céder sous la pression de ma queue. Elle a gémis, se cambrant sous moi. J’ai continué à pousser, enfonçant ma bite dans son cul étroit.

« Oh putain, oui ! » a-t-elle crié. « Encule-moi, mon chéri ! Baise-moi le cul ! »

Je l’ai prise en levrette, lui donnant des coups de queue puissants et profonds. Je pouvais sentir son anus se contracter autour de ma bite, la chaleur de son corps m’enveloppant. Je l’ai claquée sur les fesses, lui laissant des marques rouges sur la peau.

« Tu aimes ça, hein, salope ? » lui ai-je demandé. « Tu aimes te faire enculer par ton homme ? »

« Oui, oui ! » a-t-elle crié. « Je suis ta chienne, ta putain ! Baise-moi, fais-moi jouir ! »

Je l’ai retournée, la faisant s’allonger sur le dos. J’ai soulevé ses jambes, les posant sur mes épaules. Je me suis enfoncé en elle, ma queue disparaissant complètement dans sa chatte mouillée.

Je l’ai baisée avec une intensité nouvelle, mes coups de reins puissants la faisant gémir de plaisir. Je pouvais sentir sa chatte se contracter autour de ma bite, sa mouille coulant le long de mes couilles.

« Oh putain, oui ! » a-t-elle crié. « Continue, mon chéri ! Je vais jouir, je vais jouir ! »

Je l’ai sentie se contracter autour de ma queue, son orgasme la secouant. Je me suis retiré d’elle, prenant sa tête entre mes mains.

« Suce-moi, salope », lui ai-je ordonné. « Je veux te remplir la bouche de mon foutre. »

Elle a obéi, prenant ma bite entre ses lèvres pulpeuses. Elle a commencé à me sucer, sa langue jouant avec mon gland. Je pouvais sentir sa gorge se contracter autour de ma queue, sa bouche chaude et humide me faisant perdre la raison.

« Je vais jouir, putain ! » ai-je crié.

Je me suis vidé dans sa bouche, mon sperme chaud et épais coulant dans sa gorge. Elle a tout avalé, léchant mes couilles avec gourmandise.

Nous nous sommes allongés l’un contre l’autre, essoufflés et transpirants. Je l’ai serrée contre moi, sentant son cœur battre la chamade contre le mien.

« Je t’aime, mon chéri », m’a-t-elle murmuré.

« Je t’aime aussi, ma chienne », lui ai-je répondu. « Et je suis impatient de découvrir ce que l’avenir nous réserve. »

Cette nuit-là, nous avons continué à explorer nos désirs les plus profonds, baisant dans des positions encore plus osées, découvrant de nouveaux plaisirs ensemble. Je savais que notre aventure sexuelle ne faisait que commencer.

Et je savais que je ne pourrais plus jamais me passer de cette chienne magnifique, cette salope qui me rendait fou de désir

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *