Séduction interdite : Une liaison torride avec un prêtre dans une église

Je m’appelle Emma, une femme d’origine asiatique, grande et pulpeuse, âgée de 42 ans. Je suis une analyste financière réputée et je suis en couple. Cependant, j’ai toujours été attirée par les expériences sexuelles hors du commun. Mon orientation sexuelle est pansexuelle et j’ai de nombreux fantasmes, notamment le sexe dans des lieux insolites.

Un jour, je me suis retrouvée à l’église pour une réunion de travail. L’endroit était désert, seul le prêtre était présent. Il était grand, brun, avec des yeux bleus perçants et une mâchoire carrée. Je le trouvais séduisant, et mon esprit a commencé à vagabonder vers des pensées impures. J’ai senti une chaleur monter en moi, une excitation que je ne pouvais pas ignorer. J’ai décidé de réaliser l’un de mes fantasmes les plus fous : avoir une relation sexuelle dans un lieu sacré.

Je me suis approchée de lui, mes talons résonnant sur le sol en pierre de l’église. Je pouvais voir la surprise dans ses yeux, mais aussi une étincelle d’intérêt. Je me suis arrêtée à quelques centimètres de lui, assez près pour sentir son parfum, un mélange de bois de santal et de musc.

« Vous savez, mon père, » j’ai commencé, ma voix tremblante d’excitation, « J’ai toujours eu des fantasmes un peu… particuliers. » Je pouvais voir son visage rougir, mais il n’a pas reculé. « Je suis une femme avec des désirs, des désirs profonds et intenses. »

Je me suis rapprochée de lui, effleurant son corps avec le mien. Je pouvais sentir la chaleur de son corps à travers ses vêtements, et j’ai vu son souffle s’accélérer. « Je veux vous, » j’ai murmuré, ma main se posant sur sa cuisse. « Je veux vous ici, maintenant. »

Il a rougi encore plus, mais je pouvais aussi voir son excitation monter. Sa bite a commencé à se durcir sous ma main, et je savais que j’avais gagné. Je me suis agenouillée devant lui, mes mains déboutonnant sa braguette. Sa queue a jailli, grosse et dure, et j’ai senti ma chatte se mouiller d’excitation.

« Je veux vous sucer, » j’ai dit, ma voix presque un gémissement. « Je veux sentir votre chibre dans ma bouche. »

Il a gémis, sa main se posant sur ma tête. « Oui, Emma, » il a dit, sa voix rauque. « Suce-moi. »

J’ai pris sa bite dans ma bouche, savourant la sensation de sa chair dure contre ma langue. Je l’ai sucé avec passion, ma bouche glissant le long de sa queue, mes mains caressant ses couilles. Je pouvais sentir son excitation monter, sa respiration devenant de plus en plus rapide et saccadée.

« Oh, putain, Emma, » il a gémis, ses mains s’agrippant à mes cheveux. « Tu es une vraie salope. »

J’ai gémis autour de sa bite, mes doigts glissant entre mes jambes pour caresser ma chatte mouillée. Je me sentais comme une chienne en chaleur, une cochonne prête à tout pour satisfaire ses désirs.

Après quelques minutes de fellation intense, je me suis arrêtée, ma bouche laissant sa queue avec un pop audible. « Je veux que vous me baisiez, » j’ai dit, mon regard plongé dans le sien. « Je veux que vous me preniez en levrette, ici, dans cet endroit sacré. »

Il a grogné, sa main s’emparant de mon bras et me tirant vers le haut. Il m’a retournée, mes mains s’appuyant sur le banc de l’église. Je pouvais sentir sa queue contre mon cul, et j’ai gémis d’excitation.

« Vous êtes sûre, Emma? » il a demandé, sa voix tremblante.

« Oui, » j’ai dit, ma voix ferme. « Baise-moi. Maintenant. »

Il n’a pas attendu plus longtemps. Sa queue a glissé dans ma chatte, me remplissant complètement. Il m’a baisée avec fougue, ses couilles claquant contre mon cul à chaque poussée. Je pouvais sentir mon orgasme monter, mes jambes tremblant de plaisir.

Mais alors qu’il me baisait, j’ai entendu un bruit derrière nous. Je me suis retournée, mes yeux s’ouvrant en grand lorsque j’ai vu quelqu’un entrer dans l’église. Mon cœur s’est arrêté, et j’ai senti la peur monter en moi.

« Oh mon Dieu, » j’ai murmuré, ma voix tremblante. « Qu’est-ce qu’on fait maintenant? »

A suivre…Je me suis figée, le cœur battant la chamade alors que j’entendais des pas résonner dans l’église. Le prêtre s’est immobilisé derrière moi, sa bite toujours enfoncée dans ma chatte trempée. Mon esprit tourbillonnait, essayant de comprendre ce qui se passait. J’étais terrifiée à l’idée d’être découverte, mais en même temps, l’idée d’être surprise en plein acte m’excitait encore plus.

« Oh mon Dieu, » j’ai murmuré, ma voix tremblante. « Qu’est-ce qu’on fait maintenant? »

Le prêtre a retiré sa queue de ma chatte, la laissant vide et palpitante. Je pouvais sentir mon jus couler le long de mes cuisses, témoignant de mon excitation. Je me suis retournée pour le regarder, mes yeux remplis de peur et d’excitation.

« Nous devons continuer, » il a dit, sa voix ferme. « Je vais fermer la porte de l’église. Personne ne nous dérangera. »

Il s’est dirigé vers la porte, sa bite toujours dure et fière. J’ai admiré son cul ferme et musclé, me mordant la lèvre en anticipant ce qui allait se passer. Je me suis rassise sur le banc, écartant les jambes pour laisser voir ma chatte mouillée.

Le prêtre est revenu vers moi, ses yeux fixés sur mon sexe offert. « Tu es une vraie chienne, » il a dit, sa voix rauque. « Une chaude salope prête à tout pour satisfaire ses désirs. »

J’ai gémis, mes doigts glissant le long de ma chatte. « Oui, » j’ai dit, ma voix tremblante. « Je suis une chienne. Une chienne qui a besoin de se faire baiser. »

Il a grogné, se jetant sur moi. Ses mains ont attrapé mes seins, les malaxant avec force. Je pouvais sentir sa queue dure contre mon ventre, et j’ai gémis de plaisir.

« Tu veux que je te baise? » il a demandé, sa bouche contre mon oreille.

« Oui, » j’ai dit, ma voix presque un gémissement. « Baise-moi. Baise-moi comme la salope que je suis. »

Il m’a retournée, me mettant à quatre pattes sur le banc. Je pouvais sentir sa queue contre mon cul, et j’ai gémis d’excitation. Il a commencé à me doigter, ses doigts glissant dans ma chatte mouillée. Je pouvais sentir mon orgasme monter, mes jambes tremblant de plaisir.

« Tu es tellement mouillée, » il a dit, sa voix rauque. « Tu es prête à être baisée. »

« Oui, » j’ai gémis, mes mains s’agrippant au banc. « Baise-moi. Maintenant. »

Il n’a pas attendu plus longtemps. Sa queue a glissé dans ma chatte, me remplissant complètement. Il m’a baisée avec fougue, ses couilles claquant contre mon cul à chaque poussée. Je pouvais sentir mon orgasme monter, mes jambes tremblant de plaisir.

« Oh, putain, » j’ai gémis, ma voix tremblante. « Je vais jouir. Je vais jouir. »

Il a grogné, ses mains s’agrippant à mes hanches. « Jouis, » il a dit, sa voix rauque. « Jouis sur ma bite. »

Je me suis mise à gémir, mon corps secoué par les vagues de plaisir. Je pouvais sentir ma chatte se contracter autour de sa queue, mon jus coulant le long de ses couilles. Il a continué à me baiser, sa bite glissant dans ma chatte trempée.

Après quelques minutes, il a finalement joui, son sperme chaud se répandant dans ma chatte. Je pouvais sentir son corps trembler contre le mien, sa respiration rapide et saccadée.

« Oh, putain, » il a dit, sa voix tremblante. « C’était incroyable. »

Je me suis retournée, mes yeux rencontrant les siens. « Oui, » j’ai dit, un sourire se dessinant sur mes lèvres. « C’était incroyable. »

Nous nous sommes rhabillés en silence, nos corps encore tremblants de plaisir. J’ai jeté un coup d’œil autour de moi, réalisant que nous étions toujours dans l’église. Je me suis sentie un peu coupable, mais en même temps, j’étais fière d’avoir réalisé l’un de mes fantasmes les plus fous.

« Je dois y aller, » j’ai dit, ma voix douce.

« Oui, » il a dit, un sourire se dessinant sur ses lèvres. « Je te verrai bientôt, j’en suis sûr. »

Je lui ai souri, me retournant pour quitter l’église. Je pouvais sentir son sperme couler le long de mes cuisses, un rappel constant de notre rencontre sexuelle. Je me suis sentie comme une vraie chienne, une salope prête à tout pour satisfaire ses désirs. Et j’ai adoré ça.

A suivre

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *